Edward Carey, L’Observatoire.

 » Je portais des gants blancs, pourtant je n’étais pas majordome. (…) J’étais le gardien d’un musée, un musée d’objets précieux. Je portais des gants blancs pour ne salir aucun des neuf cent trente-six objets de ma collection. »

« En tant que propriétaire, archiviste, conservateur et unique propriétaire de mon exposition, j’aimais passer devant mes objets en les recensant un par un »

Le narrateur de ce roman rassemble et catalogue souvenirs, objets trouvés et rencontres humaines en une collection qui finira par s’auto-détruire.

2000, Phébus pour la traduction française.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :