Le Musée rencontre les collectionneurs # 1: Guillaume Dégé.

Il y a quelques années, comme une genèse au Musée, un de ses membres participait au magazine parisien Neverending,

dont le sujet était l’obsession. Pour le premier et unique numéro, une entrevue avait été réalisée avec Guillaume Dégé, illustrateur, éditeur et collectionneur d’images. Une après-midi devant sa bibliothèque, ses classeurs et cahiers.

Extraits:

 » Une bibliothèque, c’est un travail anonyme. C’est un travail sur l’anonymat et sur la clandestinité, parce que le fantasme de la bibliothèque patrimoniale, qui consiste à dire qu’on achète les livres pour thésauriser, se faire des couilles en or, et coller ses ex-libris, c’est autorisé pour des gens qui ont beaucoup de fortune, mais pas pour les petits moyens. (…) C’est un champ iconographique, un champ lexical, un champ perturbateur, un champ agricole. C’est là que tout se cultive. »

« c’est trop jouissif pour être uniquement de la documentation, je profite des choses en tant que telles. Cette bibliothèque est une bibliothèque de passage, j’espère qu’elle se dispersera. »

« je fais moi-même des vignettes à collectionner dans des recueils, mes cahiers de dessins sont reliés comme le sont les collections d’images, et s’insèrent à l’intérieur de ma bibliothèque, comme si je me donnais une petite place au sein de mon panthéon personnel. »

Pour lire l’ entretien dans son intégralité: entretien avec Guillaume Dégé, Neverending Magazine, 2007.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :