Vladimir Nabokov, chasseur de papillons

« (…) les souvenirs fondent au loin ou bien acquièrent un éclat mortel de telle sorte qu’au lieu de merveilleuses apparitions nous n’avons en main qu’un éventail de cartes postales illustrées. »

Vladimir Nabokov, Le don, éd. Gallimard, coll. Folio, n° 2587, Paris, 1994, p. 34.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :